Le cabinet d'ostéo
MEYLAN & ECHIROLLES
Plage horaire
Lun - Ven : 8h - 19h
M'appeler directement
06 81 19 00 19
Tarification
à partir de 50 €

La céphalée : définition, symptômes, traitement

Céphalées : définition

Ce sont des douleurs de crâne, des maux de tête, qui sont à localisations anarchiques. Jamais identiques, la douleur se déplace. Une fois à l’arrière du crâne ou au niveau du front ou bien sur les deux tempes ou encore raideur cervicales qui irradient dans toute la tête.

Souvent les patient(e)s sentent arriver les symptômes et se préparent à passer quelques heures ou quelques jours la tête dans un étau. Malgré la chimie, médicaments ou médecines douces, le mal de tête s’installe, et perdure.

Céphalée : troubles et conséquences

Symptômes et troubles

Les personnes décrivent la montée des symptômes, ils ne supportent plus la lumière ni le bruit. Ces personnes perdent leur efficacités, leur rapidité de connectivité, cela est extrêmement handicapant, aussi bien à titre professionnel qu’à titre privé.

Les symptômes sont des lourdeurs de crâne, comme si le cou ne pouvait plus supporter le poids de la tête, ou bien la sensation d’avoir un tambour dans la tète.

Ces symptômes mettent en lumière un dysfonctionnement autour de connections électriques dans certaines zones de notre cerveau. La neurologie intra crânien est en panne, les systèmes d’alerte et de drainage ne fonctionnent plus localement. Le carrefour électrique fabrique plus de déchet qu’à l’habitude, et les « éboueurs » du crâne ne sont pas assez nombreux pour évacuer cet excès de « saletés ». Peut être sont ils bloqués quelque part dans le crâne ou bien dans les vertèbres cervicales ou bien dans les vertèbres dorsales ou ailleurs.

Dans notre corps, nous disposons de routes (autoroutes, nationales, départementales) par lesquelles notre sang circule. Ces voies de circulation peuvent être réduites, plus étroites pour des raisons diverses et variées. De ce fait, cela va créer un engorgement de la circulation à l’approche de ce rétrécissement. Obligatoirement, nous retrouverons moins de véhicules juste à près cet étranglement. En effet, de 4 voies nous sommes passé à deux voies.

Si nos éboueurs sont pris dans ce trafic ralenti et étranglé, ils ne peuvent pas atteindre aussi vite et en quantité la zone à nettoyer. Les déchets s’accumulent.

Pour notre cerveau, cela se traduit par un excès d’acidité locale qui n’est pas éliminé par le sang.

Céphalées artérielles

Quand le symptôme est décrit comme des battements du cœur au niveau des tempes, ce sont des céphalées dites artérielles.

Ce sang peut rester bloqué en amont du problème, tout comme nos éboueurs. Dans ce cas, les céphalées sont dites artérielles, le patient à la sensation d’avoir un tambour dans la tête. Ou encore la sensation que le cœur tape au niveau des tempes, douleurs pulsatives.

Céphalées veineuses

Quand le symptôme est celui de « l’étau » ce sont des céphalées dites veineuses. Comme si le cerveau était en surpression. Ces douleurs peuvent donner des sensations de serrage du crâne. Le patient(e) décrit son crâne comme pris dans un étau.

Ce sang est venu nettoyer la zone mais n’arrive pas à sortir correctement du crâne, l’étranglement est en aval. Ce sont des céphalées dites veineuses, sensation de tête lourde, comme prise dans un étau.

Origine et causes

L’origine est un dysfonctionnement de système électrique dans le cerveau. Dysfonctionnement synaptique. Cela engendre la sécrétion de toxine dans la synapse, une forme « d’acidité » qui crée la douleur. Tout comme la migraine, les causes peuvent être génétique ou idiopathique.

Idiopathique : (du grec ἰδιοπάθεια, affection qu’on éprouve pour soi-même) est un adjectif utilisé en médecine qui indique : soit une maladie ou symptôme existant par lui-même (c’est-à-dire sans lien avec une autre maladie), soit une maladie ou symptôme dont on n’a pu attribuer la cause.

Traitement de la céphalée

Traitement par l’ostéopathie

Mon approche en qualité d’ostéopathe

Elle sera à visée vasculaire. Grâce à un travail vertébral crânien et viscéral, mon action mécanique aura un effet vasculaire (sanguin).

L’apport sanguin permet le nettoyage des centres névralgiques et empêche l’installation de la migraine. C’est une action quasi immédiate. En libérant les obstacles du flux sanguin, le corps retrouve les moyens de trouver seul les solutions à sa problématique, et met en place de façon autonome des solutions.

J’associe ce travail vasculaire à une écoute approfondie et individualisée du patient(e), à l’affût de tout le vocable employés pour décrire les maux.

Je ne peux en aucun cas empêcher l’arrivée de la migraine (problème purement situé dans les centres nerveux du cerveau), par contre mon action permet qu’elle ne s’installe pas.

Mon travail est donc à la fois curatif et préventif. J’ai mis en place un protocole de soins qui nécessite au moins 3 séances de 30 min chacune.

Ensuite, j’affine en fonction de chacun(e). Suite à mon travail, les patient(e)s décrivent des symptômes différents. Lorsque la crise arrive, car elle arrive, elle ne s’installe pas, elle ne monte pas en puissance. Les relais électriques continuent à dysfonctionner mais les déchets qu’ils créent sont évacués.

Traitement allopathique

Il existe des traitements dis « allopathiques » comme des médicaments à prendre quand les premiers symptômes arrivent. Ils atténuent ou bloquent la crise.

Traitement hormonaux

Ce sont des traitements curatifs qui ont une action basée essentiellement sur la douleur et peu sur la cause.

Traitement alternatif

Traitement aussi par des médecines dites « douces » comme l’homéopathie, la sophrologie, l’acuponcture, la phytothérapie, l’hypnose, le décodage biologique etc… ces traitements sont eux plus tournés vers la recherche de la cause, ils sont à la fois curatifs et préventifs.

Ostéopathie : observations sur l’efficacité de la méthode

En terme « statistique » et compte tenu des retours de mes patient(e)s, je constate des résultats très positifs, avec un efficacité de l’ordre de 90%.

Mon travail consistera à enlever les blocages les étranglements les rétrécissements mécaniques qui empêche le sang de circuler librement.

Je vais travailler les os du crâne entre eux, mobiliser les viscères dans le ventre, mobiliser les vertèbres ayant peu de mobilités. Je vais chercher à débloquer les zones bloquées, pour avoir une action sur le flux sanguin.

La libération du débit sanguin permettra d’emmener du sang riches en nutriments vers la synapse, et, ou, d’éliminer les déchets plus facilement des centres névralgiques. Cela aura pour conséquence d’éviter que les céphalées reste dans le temps.

L’action mécanique aura un effet vasculaire quasi immédiat. Plus de rétrécissement ni d’engorgement, votre système peut retrouver seul les réponses aux problèmes, il retrouve son autonomie dans son processus de guérison.

Ce travail mécanique est allié à une prise en charge émotionnelle propre à chaque patient. Je les écoutes dans leurs descriptions de survenue de leurs céphalées. À quel moment de leur vie sont arrivées ces douleurs, la première fois, pourquoi, comment ?

Vous aurez bien compris que je ne peux pas décider de la création ou non de déchets, mais juste aider à leur élimination et au remplacement par de bon nutriments.

Mon travail traite la migraine au moment même où les symptômes sont là, et aussi aide à la prévention.

J’ai mis en place, au fil de mes expériences, une manière de travailler, une approche personnelle, suivant un nombre (3 séances au moins) et un rythme de séances (une séance par semaine en 3 semaine, une 4ème à un mois et une 5ème à 6 mois). Naturellement, mon travail sera très précis et s’adaptera à chaque cas individuel. C’est pourquoi le nombre de séances peut varier d’un patient à l’autre.

Mes résultats sont très probants. Les personnes décrivent une céphalée qui arrive, mais qui ne reste pas et repart en quelques minutes seulement. La synapse reste pathologique, mais les conséquences négatives et douloureuses sont nettoyées.

En moyenne, plus de 9 patient.e.s sur 10 disent être libérés de leurs symptômes, suite à mon protocole ostéopathique.

Suivi des patient.e.s

Mon travail sur les blocages responsables des engorgements et rétrécissements n’a pas toujours des résultats définitifs. Si cela correspond à une vraie faiblesse du patient(e), il devra revenir.

C’est pourquoi, j’invite tous mes patient.e.s à venir une fois tous les 6 mois ou par an (au cabinet de Meylan ou Échirolles) pour vérifier leur état général mécanique.

Dans le meilleur des cas, ces problèmes de maux de tête peuvent disparaître totalement. Le corps est devenu totalement autonome dans sa guérison.