Le cabinet d'ostéo
MEYLAN & ECHIROLLES
Plage horaire
Lun - Ven : 8h - 19h
M'appeler directement
06 81 19 00 19
Tarification
à partir de 50 €

La migraine chez la femme : origines

Les migraines touchent davantage les femmes que les hommes. Il y a trois fois plus de migraineuses que de migraineux. D’après les chiffres officiels, six à sept millions de français souffriraient de migraine.

On ne sait pas exactement pourquoi, cela dit les facteurs tels que la vie hormonale des femmes, les règles, la pilule, la grossesse, la ménopause, le stress (dont le travail) ont une influence certaine sur ces maux de tête particuliers.

nota : ceci est un article de vulgarisation d’une pathologie et n’a pas vocation à être exhaustif. Certains facteurs ne sont pas abordés, ni le cas des hommes et des enfants par ailleurs.

De l’impact de l’activité hormonale

Le facteur principal est le changement hormonal qui joue sur le développement de la migraine. Il est plus fréquent pendant les années où les femmes sont en âge d’avoir des enfants. Voyons quelques exemples :

Au commencement, c’est à la puberté avec la mise en place des premières règles que les femmes sont les plus touchées par cette problématique.

Ces migraines périodiques dites « cataleniale », coïncident avec la chute brutale des œstrogènes qui déclenchent les règles.

Pendant la grossesse, on constate une nette amélioration. Selon les études, c’est le cas de 50 à 80% d’entres elle alors qu’un plus petit pourcentage éprouve une détérioration ou un début de crise.

À la ménopause, les crises s’estompent. Après 65 ans il est extrêmement rare de voir des crises de migraines.

Et maintenant les « agents provocateurs »

Hormones : substances qui sont indispensables au fonctionnement de l’organisme. Il existe des hormones typiquement féminines :

  • Oestrogènes et progestérone sécrétées par les ovaires.
  • Folliculostimulante (FSH) et luteinisante (LH) sécrétées par le cerveau.

Ces sécrétions hormonales se font suivant un cycle dit menstruel qui se caractérise par l’ovulation au 14em jours et se finit avec les règles au 28em jour.

Œstrogènes : responsables du développement des organes féminins au moment de la puberté (sein, vagin, utérus). Action sur le cerveau et consolidation des os. Hormone sécrétée en début de cycle.

Progestérone : produit par les ovaires après l’ovulation, complète et contrôle les effets des œstrogènes. Elle permet implantation de l’œuf dans l’utérus et participe au bon déroulement de la grossesse. Fait cesser la sécrétion de FSH et LH par le cerveau.

FSH : sécrétée par le cerveau au début du cycle pour stimuler les ovaires qui favorise la sécrétion d’œstrogène les 14 premiers jours.

LH : sécrétée quelques jours avant l’ovulation et responsable de celle ci.

Règles : saignements de l’endomètre, paroi de l’utérus, déclenchées par la chute de progestérones et d’œstrogènes. Durent de 3 à 7 jours.

À côté de l’activité hormonale, d’autres facteurs déclenchant sont également observés :

  • un mauvais sommeil, la fatigue,
  • une mauvaise alimentation, surcharge hépatique,
  • fortes chaleurs, variations météorologiques, variation de pression atmosphérique,
  • lumière intense, dont le travail sur écran,
  • stress, anxiété et dépression,

Mon action sur ces troubles

La migraine résulte d’un dysfonctionnement des systèmes vasculaires, hormonaux et nerveux. Souvent c’est une affaire familiale.

Le changement d’hormone agit sur tout le corps, mais en particulier sur le cerveau. C’est donc un problème général qui a une action très locale.

Faute de pouvoir agir sur le système nerveux et sur la sécrétion d’hormones, je vais donc agir sur le système vasculaire cérébral.

Grâce à un travail vertébral, crânien et viscéral, mon action mécanique aura un effet vasculaire.

Je ne peux en aucun cas empêcher l’arrivée de la migraine (problème purement situé dans les centres nerveux du cerveau, induit au augmenté par la variation du taux d’œstrogène), par contre mon action permet qu’elle ne s’installe pas.

L’apport sanguin permet le nettoyage des centres névralgiques et empêche l’installation de la migraine. C’est une action quasi immédiate. En libérant les obstacles du flux sanguin, le corps retrouve les moyens de trouver seul les solutions à sa problématique, et met en place place de façon autonome des solutions.

Mon travail est donc à la fois curatif et préventif.

Même si certains blocages ont tendance à être récurent, avec le temps et quelques séances d’ostéopathie dîtes de « rappel », ces blocages tendent à disparaître et ne laissent aux patientes qu’un lointain et mauvais souvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *