Le cabinet d'ostéo
MEYLAN & ECHIROLLES
Plage horaire
Lun - Ven : 8h - 19h
M'appeler directement
06 81 19 00 19
Tarification
à partir de 50 €

La migraine : définition, symptômes, traitement

Migraines : définition

La migraine est une douleur de tête qui correspond à la moitié de la tète. Littéralement, la mi/graine, la moitié de la graine. Douleur qui revient, suivant toujours la même chronologie, toujours au même endroit, toujours les mêmes symptômes. Contrairement à d’autres troubles comme les céphalées.

Symptômes, troubles et conséquences

Le plus souvent, douleur(s) qui commence(nt) avec des raideurs cervicales puis qui montent et arrivent à la base du crâne. Cette douleur remonte sur le côté du crâne au dessus de l’oreille puis au sommet du crâne et vers le front pour finir au niveau de l’œil. Douleur « latéralisée » soit à droite soit à gauche, ET toujours du même côté.

Symptômes

Parfois la douleur arrive directement et de manière isolée, soit uniquement au niveau de la tempe, soit au niveau de l’œil, soit uniquement d’un côté du front, mais toujours toujours du même côté.

Les douleurs peuvent être telles que le patient est dans l’obligation de se cloîtrer dans le silence et le noir. Toutes agressions visuelles ou sonores exacerbent la douleur.

La crise de migraine peut durer des heures ou des jours, se finit le plus souvent par des vomissements. Alors la douleur s’atténue et disparaît.

Ces douleurs peuvent donner des sensation de serrage du crâne. Le patient(e) décrit son crâne comme pris dans un étau.

Ou bien la sensation que le cœur tape au niveau des tempes, douleurs pulsatives.

Migraines veineuses

Quand le symptôme est celui de « l’étau » ce sont des migraines dites veineuses. Comme si le cerveau était en surpression.

Concrètement le relai électrique (synapse), est en souffrance et sécrète de l’acidité. Des systèmes automatiques viennent nettoyer la zone grâce à un apport de sang artériel. En échange de ce sang pur la synapse donne ses déchets. Le sang artériel devient alors du sang veineux. Ce sang « sale » doit s’évacuer et sortir du cerveau. Le problème est que ce sang veineux ne peut pas sortir avec fluidité du crâne. Des blocages l’en empêche.
L’image serait comme un évier qui a le siphon bouché. Les robinets restent ouvert mais le siphon est encrassé, il n’y a plus d’évacuation, l’évier déborde.

Notre cerveau est hermétique, il ne peut pas « déborder », système clos. La conséquence est une élévation des pressions qui s’applique sur toutes les parties du crâne. La sensation qui en découle est celle d’avoir le crâne serré dans un étau.

Migraines artérielles

Quand le symptôme est décrit comme des battements du cœur au niveau des tempes, ce sont des migraines dites artérielles.

Comme vue précédemment la synapse soufre et sécrète de l’acidité. Des capteurs ordonnent l’apport de sang « frais », du sang artériel. Cela a pour but de venir nettoyer le carrefour électrique de son acidité. Comme si on augmentait le débit d’un cours d’eau pour éliminer tous les déchets( cailloux feuilles branchages) qui obstrue le lit de la rivière.

Mais cet afflux a du mal arriver il est bloqué en amont par des blocages souvent situé dans les tempes ou cervicales. Comme si le barrage en amont de la rivière recevait l’information de s’ouvrir mais, grippé, il ne peut pas s’ouvrir correctement.

Le débit n’augmente pas assez, le sang se retrouve bloqué au niveau des tempes. Le patient(e) décrit des pulsations au niveau des tempes au rythme imposé par le cœur.

Origine et causes

L’origine est un dysfonctionnement de système électrique dans le cerveau. Dysfonctionnement synaptique. Cela engendre la sécrétion de toxine dans la synapse, une forme « d’acidité » qui crée la douleur. Les causes peuvent être génétique ou idiopathique.

Idiopathique : (du grec ἰδιοπάθεια, affection qu’on éprouve pour soi-même) est un adjectif utilisé en médecine qui indique : soit une maladie ou symptôme existant par lui-même (c’est-à-dire sans lien avec une autre maladie), soit une maladie ou symptôme dont on n’a pu attribuer la cause.

Traitement médical

Traitement par l’ostéopathie

Mon approche en qualité d’ostéopathe

Elle sera à visée vasculaire. Grâce à un travail vertébral crânien et viscéral, mon action mécanique aura un effet vasculaire (sanguin).
L’apport sanguin permet le nettoyage des centres névralgiques et empêche l’installation de la migraine. C’est une action quasi immédiate. En libérant les obstacles du flux sanguin, le corps retrouve les moyens de trouver seul les solutions à sa problématique, et met en place de façon autonome des solutions.
J’associe ce travail vasculaire à une écoute approfondie et individualisée du patient(e), à l’affût de tout le vocable employés pour décrire les maux.
Je ne peux en aucun cas empêcher l’arrivée de la migraine (problème purement situé dans les centres nerveux du cerveau), par contre mon action permet qu’elle ne s’installe pas.
Mon travail est donc à la fois curatif et préventif. J’ai mis en place un protocole de soins qui nécessite au moins 3 séances de 30 min chacune. Ensuite, j’affine en fonction de chacun(e). Suite à mon travail, les patient(e)s décrivent des symptômes différents. Lorsque la crise arrive, car elle arrive, elle ne s’installe pas, elle ne monte pas en puissance. Les relais électriques continuent à dysfonctionner mais les déchets qu’ils créent sont évacués.

Traitement allopathique

Il existe des traitements dis « allopathiques » comme des médicaments à prendre quand les premiers symptômes arrivent. Ils atténuent ou bloquent la crise.

Traitement hormonaux

Ce sont des traitements curatifs qui ont une action basée essentiellement sur la douleur et peu sur la cause.

Traitement alternatif

Traitement aussi par des médecines dites « douces » comme l’homéopathie, la sophrologie, l’acuponcture, la phytothérapie, l’hypnose, le décodage biologique etc… ces traitements sont eux plus tournés vers la recherche de la cause, ils sont à la fois curatifs et préventifs.

Ostéopathie : observations sur l’efficacité de la méthode

En terme « statistique » et compte tenu des retours de mes patient(e)s, je constate des résultats très positifs, avec un efficacité de l’ordre de 90%.

Suivi des patient.e.s

Même si certains blocages ont tendance à être récurrents, avec le temps et quelques séances d’ostéopathie de « rappel » ces blocages tendent à disparaître et ne laissent aux patient.e.s qu’un lointain et mauvais souvenir. C’est pourquoi, j’invite tous mes patient.e.s à venir une fois tous les 6 mois ou par an (au cabinet de Meylan ou Échirolles) pour vérifier que tout fonctionne correctement. Puis à espacer les séances et contrôle dans le temps dés que utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *